22 mars 2016

Cannelés à la farine complète de kamut

C'est en recevant un message hier soir  me signalant un nouveau post sur le site la p'tite tambouille de Sylvie que l'idée m'est venue. D'abord dès que je vois une recette avec des tomate séchées...humm...je me lèche déjà les babines...Je me suis dit qu'avec du parmesan à la place du gruyère ça pourrait être sympa...et là, bing, un flash...mais oui, il y a quelques années j'ai acheté une plaque de 8 moules à cannelés que je n'ai jamais utilisée...Bon rien à voir avec les moules en silicone tip top qu'utilise Sylvie et dont j'aurai sans doute bientôt l'occasion de vous rebattre les oreilles....mais ça, c'est pour dans quelques semaines si tout va bien...

Donc je file dans mon cabanon de jardin, je fouille dans les boîtes empilées contenant tout un attirail de trucs dont je ne me sers quasiment jamais, et je les retouve, tous neufs et tous contents de prendre enfin l'air...

Après un minutieux nettoyage et un bon graissage de rigueur, ils sont fins prêts, y'a plus qu'à...

Un petit tour dans les placard et dans le frigo, et voila ce que ça donne pour 8 cannelés normaux, en utilisant en gros les proportions de la recette copiée :

- 60 gr de farine complète de kamut*

- 20 cl de lait et comme il en fallait 25 cl j'ai rajouté 5 cl de crème fluide

- 25 gr de beurre

- 1 oeuf+1 jaune d'oeuf

- 1 CS de ricotta

- 4 pétales de tomates confites à l'huile

- du parmesan rapé, peut-être 2 ou 3 CS

- du basilic (congelé) du sel, du poivre

J'ai préchauffé mon four à 200°C  (chaleur tournante). J'ai posé le moule sur une plaque perforée. J'ai mélangé la farine avec les oeufs. J'ai fait chauffer et fondre le beurre avec le lait sans laisser bouillir, j'ai rajouté au mélange précédent, puis j'ai mis une bonne CS de ricotta. J'ai assaisonné.

Au fond des moules à cannelés j'ai mis du basilic et du parmesan et 6 petits morceaux de tomates confites. J'ai rempli les moules avec l'appareil à cannelés et au four pour 30 mn. Au bout de ce temps, ça s'est démoulé nickel chrome et comme il y avait un petit trou sur le dessus des cannelés, j'y ai enfoncé un petit morceau de fromage de chèvre (mon péché mignon) pendant qu'ils étaient encore bien chauds.

C'est qu'ils avaient belles mines mes premiers cannelés. Merci Sylvie pour l'inspiration ;-)

On les a mcannelésangés au milieu d'une grande assiette vitaminée : Carottes rapées citronnées avec noix de cajou sans sel et cranberries séchées, salade de lentilles aux échalotes, salade verte sauce citron et quelques gouttelettes d'huile d'olive + un oeuf dur...

*Farine de kamut : une variété de blé dur, très ancienne,  contenant 20 à 4assiette du 2103160% de protéines de plus que le blé normal. Petit goût différent mais pas désagréable.


21 mars 2016

Un peu de salé pour changer

risotto asperges 200316

J 'adore le risotto, j'aime autant le préparer que le savourer. J'ai toujours un paquet d'arborio dans mon placard, ça dépanne quand on a pas trop d'idées, et même avec des invités, c'est toujours un accompagnement sympa, il y a mille façons de l'accommoder mais la préparation reste toujours sensiblement la même, si bien qu'à force, je n'ai même plus besoin de chercher une recette...

J'avais acheté des asperges vertes chez Monsieur Picard il y a quelques mois, ça faisait un moment que j'y pensais et hier soir c'était fait...

Je les ai légèrement décongelées puis je les ai jetées dans une casseroles d'eau bouillante salées pendant 5/6 mn.

Je les ai récupérées avec une écumoire et plongées dans de l'eau très froide pendant quelques minutes, en prenant bien soin de de ne pas jeter leur eau de cuisson dans laquelle j'ai ajouté un cube de bouillon de légumes.

J'ai mis les asperges dans un égouttoir, je leur ai coupé la tête sans état d'âme, puis j'ai coupé les corps en tronçons et balancé pour le compost les extrémités un peu dures. Oui, je sais, c'est gore, mais il faut en passer par là ;-)

J'ai pris ma vieille cocotte en fonte (un de mes cadeaux de mariage il y a plusieurs décénnies déjà !), j'ai fait revenir un oignon haché dans du beurre, j'ai salé, j'y ai ajouté environ 400gr de riz arborio puis les tronçons d'asperges. J'ai déglacé au vin blanc et attendu que le liquide s'évapore. Et là a commencé la cuisson traditionnelle du risotto, en ajoutant petit à petit le bouillon légumes/asperges, 2 louches par 2 louches, sans cesser de remuer. Au bout de 15/20 mn la consistance commence à changer, l'amidon épaissit la préparation, le riz est cuit. J'ai retiré la cocotte du feu et ajouté une cuillérée à soupe de marscapone, un filet de citron et pas loin d'un petit paquet de parmesan. Assaisonnement rectifié, juste le temps de faire 2 petites tuiles de parmesan pour la présentation et de poêler sans matière grasse quelques gambas mises à mariner juste avant, dans un mélange citron vert/ail/huile d'olive et piment d'espelette.Ensuite j'ai sortir 2 belles assiettes à risotto et j'ai essayé de faire quelquechose de sympa avec tout ça...

Ma qué c'était bon...

 

 

Posté par Bluejeanblues à 18:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 novembre 2008

Le préfou : Spécialité vendéenne

De 1980 à 1990, j'ai habité en Vendée, dans un petit village proche de Fontenay-le-Comte. Je n'y avais ni famille, ni connaissances, ce sont les hasards de la vie qui m'y ont conduit, accompagnée de mon petit ami ...C'est là que nous nous sommes mariés et que nos enfants sont nés. C'est aussi à cette époque que j'ai appris ce que signifiait le mot TRAVAILLER. Dans les serres en plein été, dans les champs au début de l'hiver, à la chaîne en atelier, payée "à la pièce", c'était assez surréaliste pour la parisienne que je suis, mais je n'avais pas le choix, le travail ne courant pas les rues en zone rurale. Ca m'a en tout cas forgé le caractère...Nous sommes retournés dans la capitale au bout de 10 ans, plutôt guéris du rêve - sans doute un peu tardif - de retour à la nature prôné dans les 70's...Mais quand même heureux à posteriori d'avoir vu nos enfants pousser à l'air pur et s'éclater à faire des parties de foot dans notre grand jardin, ou pêcher dans le marais derrière la maison...

Quand on en reparle aujourd'hui, il y a toujours un souvenir qui revient : Le préfou de la boulangère. A l'époque, cette spécialité était beaucoup moins développée que maintenant car à en croire les forums, c'est devenu un must pour les touristes qui peuvent le déguster à l'ail comme le veut la tradition, mais aussi au fromage de chèvre, ce que nous n'avons pas connu.

Alors, le préfou, c'est quoi ? L'origine viendrait des morceaux de pâte à pain mis par les boulangers à l'entrée de leurs fours pour y tester la chaleur. Et comme il ne faut pas gââââcher, ils les récupéraient en les accommodant de beurre et d'ail pour leur casse-croûte. Sur les 3 boulangeries du village, il y en avait une en particulier qui faisait un préfou divin. Dès que de la famille ou des copains passaient à la maison, on filait en commander. Et souvent nos invités repartaient chez eux, quelquefois à l'autre bout de la France,  avec dans leurs voitures plusieurs préfous enveloppés dans du papier d'alu, propageant de redoutables et tenaces effluves d'ail cuit...

Il y a quelques temps, j'ai acheté une machine à pain. La première chose que mes fils m'ont demandé, c'est de leur faire du préfou...Oui mais où trouver la recette ? Sur le net of course...Effectivement, à ma grande surprise, le mot magique tapé sur Google a donné de nombreux résultats. Hier, je me suis enfin décidée à tenter la chose en m'inspirant d'une recette trouvée sur www.linternaute.com qui préconisait une préparation manuelle. J'ai préféré faire confiance à ma MAP, en réduisant les doses indiquées en cas de flop...Voici le résultat de ce premier essai :

Dans la machine à pain mettre (proportions variables en fonction du type de MAP) :

Environ 180 gr d'eau

un peu de sel

400 gr de farine (de blé bio pour moi)

un sachet de levure déshydratée.

Programme pétrissage, pendant 10 mn

Au bout de ce temps, enlever la pâte, en faire une boule et la laisser lever dans un saladier pendant environ 1 h00.

Préchauffer le four (180°/200°).

Fariner un plan de travail, y étaler la pâte et lui donner la forme d'une baguette écrasée en pratiquant quelques incisions sur le dessus.

Pr_fou1

Enfourner  en recouvrant d'un papier sulfurisé pour éviter que la pâte ne brunisse. Elle ne doit pas gonfler non plus, donc surveiller la cuisson.

Pendant ce temps, mélanger du beurre demi-sel ramolli (environ 40 gr) avec 2 gousses d'ail hachées.

Au bout de 15/20 mn de cuisson, retirer le pain du four, le couper en 2 dans la longueur, enlever un peu de mie et tartiner généreusement du beurre à l'ail. Poivrer et éventuellement rajouter un peu de sel.

Pr_fou2

Refermer le pain, l'envelopper dans du papier alu et le remettre au four pendant environ 5/10 mn, jusqu'à ce qu'il devienne croustillant.

Il m'a fallu environ 2 h00 en tout pour le préparer mais il a été dévoré en moins de 10 mn. Verdict des testeurs : " Hmm, c'est bon comme là-bas, dis "...Un seul petit reproche, ça manquait un peu de sel car je n'avais pas osé en rajouter, le beurre étant déjà salé.

Bon, ok, encore une recette peu diététique, ou plutôt carrément très calorique. Et surtout, à déconseiller avant un rendez-vous galant ou un entretien d'embauche...;-)))

Par contre, idéal pour un apéro ou mieux, accompagné d'un bon verre de vin de caractère. Pour moi c'était un excellent petit Cahors, un de mes vins préférés...

Pr_fou3

Posté par Bluejeanblues à 11:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,